lundi 6 juillet 2015

Respire

                           Auteur: Anne-Sophie Brasme

                   Editions: Le Livre de Poche

                   Pages: 190

                   Note: 18/20


Résumé:

/!\Le résumé en dit beaucoup. Conseil: Ne lisez pas tout, voir même rien du tout. /!\

Ce roman est l’histoire d’une fulgurante amitié qui tourne au drame. Charlène, jeune adolescente de 13 ans un peu effacée, entre en classe de cinquième. Dès le premier jour de la rentrée, Sarah, nouvelle dans l’établissement, fait sensation auprès de tous les élèves, séduits par cette fille à la personnalité magnétique. Charlène la regarde avec admiration et haine mélangées. Finalement les deux jeunes filles se lient d’amitié. Une amitié merveilleuse, complice, invulnérable, du moins du point de vue de Charlène pour qui Sarah est la lumière de ses journées. Mais les choses s’enveniment brusquement : après les vacances d’été, Sarah, devenue jeune fille, a ffiche une soudaine indifférence pour Charlène. Son corps a mûri, désormais elle se maquille... Désespérée, Charlène tente de reconquérir Sarah. Commence alors une relation perverse entre les deux adolescentes : Sarah va exercer un pouvoir quasi sadique sur sa "meilleure amie", Charlène, qui accepte de tout subir : humiliations publiques, reproches incessants, dédain et mépris. Jusqu’au jour où la jeune timorée décide de mettre fin à cette situation étouffante et de passer à l’acte... Et c’est de la prison où elle est incarcérée que Charlène nous raconte cette histoire


Mon avis:

J'avais acheté ce livre après avoir vu l'avis d'Emmy, ma partenaire, qui avait été très bouleversée par ce roman. En m'y intéressant de plus prés, j'ai remarqué que les avis étaient similaires et que cette lecture était unique voir impérative à la lire. Ni une ni deux, je me suis procurée ce bouquin et c'est hier que je l'ai dévoré. 

Comment vous dire que ce livre m'a retourné. En le commençant hier matin je m'attendais à une jolie histoire qui débutait assez mal pour notre héroïne mais qui allai bien se terminer. Ce n'est rien de tout ça, on est sans cesse menait à ressentir toute sorte de sentiment, passant de la joie à la honte, de la tristesse à la colère. Bref, ces presque 200 pages vous en font voir de toutes les couleurs mais savent vous transporter et vous faire réfléchir, surtout.

Je n'ai pas cessé de m'interroger sur ma réaction si j'avais été Charlène, Sarah, les parents, Maxime ou un oeil externe. J'avais envie de secouer Charlène pour lui dire d'ouvrir les yeux de prendre son courage à deux mains pour essayer de sortir de cet enfer même si elle n'avait pas tout le temps cette impression que ça soit réellement ça. 
Je trouve que c'est encore pire pour nous qui vivons ça extérieurement et qui ne pouvons rien faire pour la sortir de là.

Malgré ce qui peut se passer à la fin, je n'en veux pas à Charlène. La décision aurait pu être moins forte mais en même temps on peut rien y changer.
C'est ce qui m'a mis en colère, car au fond de moi j'avais envie de tout changer de ce livre même s'il est merveilleux. Faire en sorte de donner à Charlène une enfance et une adolescence que tous les enfants méritent d'avoir. 

Une fois le bouquin fermé, j'ai ressenti de la frustration car j'aurai aimé être la personne qui sauve Charlène de tout ce malheur comme j'ai déjà pu le faire auparavant. Lui dire d'ouvrir les yeux, de rencontrer du monde et de se changer les idées un maximum. Malheureusement ce n'est pas possible. Heureusement c'est une fiction, même si des personnes qui ont besoin d'aide il y en a beaucoup sur cette terre, et c'est triste.