mercredi 23 juillet 2014

Où on va, Papa ?

                                     Auteur: Jean-Louis Fournier

                                     Editions: Le livre de poche

                                     Pages: 149

                                     Note: 15/20


Résumé:

Jusqu'à ce jour, je n'ai jamais parlé de mes deux garçons. Pourquoi ? J'avais honte ? Peur qu'on me plaigne ?
 

Tout cela un peu mélangé. Je crois, surtout, que c'était pour échapper à la question terrible : « Qu'est-ce qu'ils font ? »
Aujourd'hui que le temps presse, que la fin du monde est proche et que je suis de plus en plus biodégradable, j'ai décidé de leur écrire un livre.

Pour qu'on ne les oublie pas, qu'il ne reste pas d'eux seulement une photo sur une carte d'invalidité. Peut-être pour dire mes remords. Je n'ai pas été un très bon père. Souvent, je ne les supportais pas. Avec eux, il fallait une patience d'ange, et je ne suis pas un ange.

Quand on parle des enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler d'eux avec le sourire. Ils m'ont fait rire avec leurs bêtises, et pas toujours involontairement.
Grâce à eux, j'ai eu des avantages sur les parents d enfants normaux. Je n'ai pas eu de soucis avec leurs études ni leur orientation professionnelle. Nous n'avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire. Pas eu à nous inquiéter de savoir ce qu'ils feraient plus tard, on a su rapidement ce que ce serait : rien.

Et surtout, pendant de nombreuses années, j'ai bénéficié d'une vignette automobile gratuite. Grâce à eux, j'ai pu rouler dans des grosses voitures américaines.


Mon avis:
Ce livre occupait ma PAL depuis plusieurs mois maintenant. Je me suis enfin décidé à l'en sortir, car j'avais envie d'une petite lecture qui m'occuperait juste le temps de quelques minutes, mais qui me ferait passer un bon moment quand même.

Où on va, Papa ? est le témoignage de Jean-Louis Fournier concernant sa vie de père. Cet homme n'a malheureusement pas eu beaucoup de chance … Sur trois enfants, deux sont handicapés mentale et physique. A travers son livre il nous raconte des petites anecdotes sur ses enfants, ses sentiments et ses pensées.

La mise en page est similaire à celle d'un journal intime. Après tout c'est ce qu'ont fait dans un journal intime c'est écrire nos anecdotes, nos sentiments et nos pensées.
En parlant de ceux-ci, Jean-Louis Fournier n'a aucune honte à nous dire qu'à certains moments il aurait préféré ne pas avoir d'enfant du tout ou même s'en débarrasser. Ne le jugez pas, après tout on ne sait pas ce que ça fait d'avoir un enfant handicapé.

L'auteur utile tout au long de son récit de l'humour noire, je dois bien vous avouez que cela m'a fait rire à certains moments.

Si je devais donner des défauts, je dirais que les pensées de Fournier sont tantôt drôles et compréhensibles, tantôt gênantes et perturbantes.
Il y a également le problème des répétitions, peut-être pour rappeler que ses enfants répètent constamment la même chose, qu'ils ne souviennent de rien de ce qu'ont leurs apprend.

L'écriture est truffée de petites citations émouvantes et drôles. Je vous en glisserais en fin de chronique.

Je ne sais pas quoi rajouter, le roman est tellement court que l'attache aux personnages est malheureusement minime …

Un petit bouquin que je vous recommande, un témoignage très beaux. Notons que je n'ai pas l'habitude de lire ce genre de bouquin.


                                                      •••••••••••••••••••••••••••••• 
"J'ai eu deux fins du monde"